Le Manoir du Pont de Metz, son histoire, son parc et son jardin d'agrément


Alexandre LESIEURRE, alors avocat au parlement, a acquis la charge de bailli du Pont de Metz et de procureur du Roy. Propriétaire de terres au village du Pont de Metz, il obtient le 23 novembre 1613 de Jean de Belloy, seigneur du Pont de Metz, le droit d'y édifier le Manoir, son pigeonnier (colombier), pressoir et autres bâtiments.

Il lui est concéder par ce même acte "... autres droits et privilège appartenant à un fief noble avec exemption et franchises de tout droits de mort et vif , herbages ..et autres droits attribués et appartenant au seigneur haut justicier". 


C'est ainsi que le Manoir du Pont de Metz, avec ses dépendances dont le colombier (pigeonnier avec son échelle tournante) et son corps de ferme, a été édifié en 1616 et devient avec ses terres dès 1613 fief noble.

C'est ainsi aussi que la famille LESIEURRE devient la Maison LESIEURRE DE CROISSY.


Le plan par masse de culture de l'An II(17 août 1794)montre une implantation du bâti identique à celle d'aujourd'hui avec alors un jardin dit à la française.

La façade du Manoir a été remaniée en 1880. 

La serre adossée attribuée à Guilloy-Pelletier du XIX° siècle y a été ajoutée à cette occasion.

Son parc et son jardin d'agrément ont évolué avec le temps sous l'impulsion de ses propriétaires respectifs.

Le parc boisé et son jardin d'agrément initialement à la française puis de conception naturelle et façonnée dès les années 1800 avec plan d'eau sont délimités partiellement par une douve et sont peuplés de nombreuses essences endémiques dont notamment de magnifiques hêtres pourpres et des alignements rares d'ormes champêtres, des tilleuls et de peupliers.



Avec sa flore et sa faune, ce domaine avec son parc champêtre constitue un écosystème, un réservoir de biodiversité.